Samedi, 21 Octobre 2017

Un Peu d'Histoire

Menu :

 

   Au XVIIIe siècle, par héritage, le vieux château féodal, la ferme et les terres apparentées passèrent à la famille du Marquis de St Vival (cf. Château de St Vival près du Puy-en-Velay), puis à la veille de la Révolution, au Comte de Chambonas, aucun n'y habita jamais . Le château se trouvait alors dans un très mauvais état. Mais il existait autour du château une vaste étendue plantée de tilleuls qui depuis plusieurs siècles étaient à la disposition des habitants d'Ally qui y jouait aux quilles, s'y promenaient, s'y réunissaient et l'utilisait aussi au moment des foires.

 

 En 1814, cet ensemble fut vendu à un marchand de Lastic du nom de Chazelon qui vint s'y installer et s'empressa de récupérer cette promenade plantés de tilleuls, de la clôturer, d'en déplacer la fontaine et d'en interdire l'accès aux villageois. Grand et émoi et procès intenté par la communauté villageoise au sieur Chazelon. Ce procès dura jusqu'au années 1840-1850. Et Chazelon dut finir par gagner puisque ses héritiers en 1860 vendirent les ruines du château, les terres, la ferme, en morcelant le tout. C'est ainsi que la maison au nord de la place et où est installée l'épicerie (Bar du moulin) a été construite avec les pierres du vieux château. On trouve un peu partout dans la commune des pierres sculptées, qui proviennent du château, lequel finit par servir de carrière. Le seul vestige du château est le jardin qui n'a subit aucune modification.


 

 Le vieux cimetière autour de l'église ne fut pas conservé et servit de foirail (place du foirail aujourd'hui).

      L'église qui au départ était la chapelle du château, était rapidement devenue l'église du village et accolée à elle, il y avait une vieille maison : la cure. A la place fut construite dans les années 1960 l'immeuble de la mairie, qui empêche le classement de l'église aux monuments historiques !

    Les paysans d'Ally avaient 2 casquettes, ils exploitaient leurs terres et en plus ils étaient artisans (sabotiers, tisserands, tailleurs d'habits, maréchal-ferant, charpentiers, maçons, boulangers) et ils étaient aussi mineurs, fabricants de parapluies, foulons, meuniers, commerçants.

    Chose surprenante : en 1950, il existait encore 11 cafés et 5 épiceries. En fait, la plupart des aubergistes faisaient le système de la chambre d'hôte au moment des foires. Dès la fin des foires mensuelles (après-guerre), c'est l'exode rurale qui gagne le pays. Et tout s'enchaîne : Ally passait de 1000 habitants à 500 en 1950, et à 200 aujourd'hui. Les mines ferment, les moulins s'arrêtent de tourner… Seule l'agriculture a résisté et résiste encore avec plus de 25 exploitations actuellement.

Actualités

Vidéos

Merci à la caravane de l'image pour ces vidéos...

Nos partenaires :